« Le fait que les présidents de partis se voient sur des plateaux de télévision pour s’engueuler, c’est un problème. » La petite phrase est signée Alexander De Croo, Premier ministre du gouvernement fédéral. Elle est directement adressée aux présidents de partis francophones. Alors que le pugilat atteint des niveaux rarement atteints côté francophone, la petite phrase du premier sonnait donc comme un appel.

Il y a un an jour pour jour, le gouvernement d’Alexander De Croo prêtait serment auprès du Roi. L’objectif principal de ce gouvernement est simple : nous faire croire que gouverner la Belgique est possible. Ou plus simplement dit, le gouvernement doit répondre positivement à la question : l Répondre à cette question nécessite des décisions bien sûr mais aussi une certaine manière de les prendre.

Cette rentrée démontre que le parti est entre deux eaux. La N-VA se cherche une nouvelle tactique. Et celle-ci semble uniquement reposer sur l’échec espéré de la Vivaldi. Bart De Wever ne cesse de le répéter, la Vivaldi n’existe que contre la N-VA. Cela n’est pas faux, mais en disant cela, il rend l’inverse vrai. Aujourd’hui la N-VA n’existe que contre la Vivaldi. Si celle-ci produit des résultats c’est donc forcément mauvais pour la N-VA.