Selon l’Anti-Defamation League (ADL), ONG anti-raciste amйricaine, entre 2010 et 2020, un peu plus de 75% des personnes tuйes aux Йtats-Unis lors de meurtres commis par des extrйmistes ont йtй victimes de membres de l’extrкme droite, soit 323 morts sur 429. Ici encore, l’idйologie suprйmaciste blanche est mise en cause dans une large majoritй de ces dйcиs avec 248 victimes, soit 58% de l’ensemble а elle seule.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont traumatisé les États-Unis, qui ont réagi guidés par la peur et l’hubris. Cette réaction a provoqué l’avènement du moment néoconservateur en politique étrangère, mais la réponse politique et militaire aux attentats a aussi profondément transformé le système partisan et la société américaine. Bilan de ces 20 ans qui commencent et finissent en Afghanistan.

Lorsque, le 11 septembre 2001, deux avions de ligne ont percuté les tours jumelles du World Trade Center, les Etats-Unis étaient au zénith de leur moment unipolaire. Auréolée de sa victoire de la guerre froide, de sa prospérité économique et de sa suprématie technologique après avoir lancé la révolution numérique, la puissance américaine paraissait solidement installée au faîte du monde. Les attaques quasi simultanées menées ce matin-là par les terroristes d’Al-Qaida à New York et contre le Pentagone à Washington ont changé les Etats-Unis. La façon dont ils ont réagi a changé le monde.

Le procès des attaques terroristes doit s’ouvrir mercredi 8 septembre. Ce temps de justice est la réponse des démocraties à la violence terroriste. Neuf mois d’audience prévus devant la cour d’assises spéciale de Paris, une salle construite à l’intérieur du Palais de justice, sur l’île de la Cité, un procès filmé pour l’histoire, des mesures de sécurité exceptionnelles vont fournir le cadre d’un événement judiciaire à la mesure du choc infligé à la nation par cette nuit de barbarie.