Réguler le marché des cryptoactifs ? Une « problématique d’intérêt général ». Développer à leur égard un discours critique ? Un « enjeu démocratique ». Voilà le message martelé par quarante personnalités venues du monde scientifique, académique et politique, des experts des technologies informatiques ainsi que des journalistes de la presse économique et financière, rassemblés les 5 et 6 septembre à l’occasion du Crypto Policy Symposium, à Londres.

Les deux camps partagent l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Mais alors que les techno-optimistes font confiance au capitalisme vert pour conduire la transformation de l’économie, les sceptiques suggèrent que l’addiction à la croissance est destructrice, et que l’on ne peut en guérir qu’en mettant un frein au gaspillage privé. La lutte contre le changement climatique, selon eux, est une lutte contre le capitalisme lui-même.