Depuis trente-trois ans, Ali Khamenei impose sa toute-puissance aux gouvernements fantoches qui se succèdent. Le pragmatique président Rafsandjani ouvre les portes du grand commerce aux gardiens de la révolution ; et Khamenei, commandant en chef des armées, place ses plus fidèles généraux à la tête de la base militaire Khatam al-Anbiya, qui devient le siège du plus puissant trust industriel et financier du pays.

Ce rapport évoque les risques auxquels ces individus s’exposent lorsqu’ils apportent leur aide, à savoir des poursuites, voire de la prison.
Je veux dire aux gouvernements de mettre fin au harcèlement de celles et ceux qui aident les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile et de cesser de criminaliser leur travail.

Tandis que le bilan de la répression s’élève à au moins 92 morts selon l’ONG Iran Human Rights, les Ce mécontentement peut-il déboucher sur un processus démocratique ou se dirige-t-on, au contraire, vers un durcissement du régime et de son appareil sécuritaire ?contestations ne faiblissent pas. Qui sont ces manifestants et d’où viennent-ils ? Les réponses de Thierry Coville

Assiste-t-on à une révolution féministe en Iran ? Les manifestations se poursuivent malgré la répression depuis le décès de Mahsa Amini. Depuis, une vague de protestations secoue le pays. Si des dizaines de personnes sont mortes, tuées par la police, et des milliers d’autres ont été arrêtées, le mouvement ne semble pas s’essouffler.