Chaque nouvelle élection disputée aux quatre coins de la planète nous voit imaginer le pire. On tremble pour le Brésil, pour l’Amérique, pour Israël, pour chacun de ces pays qui semblent prêts à se saborder pour mieux nous entraîner dans leur chute. Les résultats connus, on pousse un «ouf» de soulagement, un cri d’indignation, avant de regarder pleins d’angoisse la prochaine échéance.

Dans son dernier livre, « Lettre à la génération qui va tout changer », l’essayiste et député européen de gauche Raphaël Glucksman s’adresse aux jeunes, pour qu’ils ne tombent pas dans la résignation qui frappe les dirigeants européens. Il s’adresse aussi à la gauche, devenue incapable de répondre aux récits d’un Éric Zemmour ou d’un Donald Trump. À force d’avoir déconstruit elle-même toute notion d’idéal à poursuivre, elle est devenue incapable d’énoncer un grand projet politique.