La politique d’immigration du pays est devenue de plus en plus hostile aux réfugiés ces dernières années. «Zéro demandeur d’asile»: c’est l’objectif que la Première ministre danoise, Mette Frederiksen, avait annoncé vouloir atteindre en 2019. Depuis, la situation des Syriens réfugiés au Danemark n’a fait qu’empirer, allant de la perte des aides jusqu’alors accordées par le gouvernement, aux menaces d’expulsion.

Le crime organisé profite de la guerre en Ukraine pour sévir aux frontières. Plus de 10 millions d’Ukrainiens ont été déplacés depuis le début de l’invasion russe, dont 3,5 millions qui ont quitté le pays. Il s’agit principalement de femmes et d’enfants –les hommes devant rester combattre– et constituent des cibles idéales pour les trafiquants d’êtres humains. La BBC s’est rendue à la frontière polonaise pour enquêter sur le sujet.

Y a-t-il un deux poids deux mesures entre l’accueil des réfugiés ukrainiens et celui réservé aux Syriens ou aux Soudanais ? Entre les images d’Ukrainiens accueillis à bras ouverts et celles des Syriens abandonnés dans le parc Maximilien, la question est de plus en plus souvent posée. Sans contestation possible, la réponse à cette question est : oui, il y a deux poids deux mesures. Sur presque tous les plans, nous ne traitons pas les Ukrainiens comme les Syriens.

La Belgique a décidé de refuser l’asile aux Afghans, dénonce l’avocate Selma Benkhelifa. La guerre en Afghanistan est-elle bien finie, comme l’estime le Commissariat aux réfugiés, alors que l’Etat islamique affronte toujours les talibans et que les attentats sont quotidiens ? Les réfugiés afghans présents en Belgique ne vont pas s’évaporer, considère l’avocate. « Ils vont juste rester là ».

Il est humainement inacceptable que l’Europe et la Belgique fassent une distinction entre des réfugiés qui fuient la guerre depuis un pays du continent européen et les autres. Pensez aux 23.000 personnes qui sont mortes en Méditerranée depuis 2014 à cause du régime frontalier européen. Le nationalisme de la Russie et le continentisme de l’UE ont peut-être des visages différents, mais des conséquences mortelles similaires.