Les deux partis écossais favorables à l’indépendance ont renforcé, jeudi 6 mai, leur majorité au Parlement d’Edimbourg et souhaitent désormais l’organisation d’un nouveau référendum. Le premier ministre britannique y est opposé. Mais le Brexit a déclenché une réaction en chaîne des nationalismes, au risque d’un scénario longtemps inimaginable : le délitement progressif du Royaume-Uni.