Au large des côtes qataries, la compagnie Qatar Energy, épaulée par le géant français Total, prévoit de prolonger l’exploitation du gisement de gaz naturel North Field, considéré comme le plus important au monde. Sauf que cette exploitation constitue « la pire » des 425 «bombes climatiques » recensées aux quatre coins du monde par les scientifiques.

Le géant du commerce en ligne a travaillé, ces derniers mois, à l’élaboration d’une messagerie interne sur laquelle des mots-clés propres à la rhétorique syndicale – « syndicat », mais aussi « augmentation de salaire », « pétition » ou encore « salaire décent » – seraient tout simplement bloqués. Le même sort serait réservé à un ensemble de termes « représentant des critiques potentielles à l’égard des conditions de travail d’Amazon ». Parmi la longue liste retranscrite par The Intercept, on retrouve notamment les mots-clés « résiliation », « harcèlement », « justice », « liberté » ou encore « robots ».