La mort brutale d’une journaliste que tous les Palestiniens connaissaient risque d’enflammer une situation très tendue. Affrontements sur l’esplanade des mosquées à Jérusalem, évictions de Palestiniens de leurs maisons, assassinats d’Israéliens dans plusieurs villes ces dernières semaines… Tel est le lot quotidien d’une région sans paix, sans perspective de paix.

Le gouvernement israélien a approuvé, dimanche 26 décembre, un plan visant à doubler le nombre de colons dans le Golan occupé, une zone stratégique prise à la Syrie en 1967 et annexée il y a quarante ans. Le premier ministre israélien, Naftali Bennett, a annoncé dans un communiqué : « Le gouvernement a voté en faveur d’un plan inédit d’investissement dans le Golan afin d’y doubler la population israélienne. »

Des centaines d’employés d’Amazon et de Google ont signé une lettre ouverte appelant à mettre fin au projet Nimbus et dénonçant “une tendance inquiétante à la militarisation” de leurs activités. Avec la technologie que nos entreprises se sont engagées à produire par contrat, la politique de discrimination systématique et de déplacement forcé mise en œuvre par l’armée et le gouvernement israéliens à l’encontre des Palestiniens sera encore plus cruelle et meurtrière”, jugent ces employés.

Benyamin Netanyahou ne sera bientôt plus Premier ministre d’Israël. Après 12 années au pouvoir, quel pays laissera-t-il derrière lui ? Netanyahou n’a pas toujours été cet incorrigible jusqu’au-boutiste que ses opposants (notamment en dehors d’Israël) voient en lui. Mais, la conservation du pouvoir a toujours revêtu une importance première pour Netanyahou, qui a par conséquent eu tendance à se concentrer davantage sur la séduction de sa base électorale que sur l’intérêt national.

En Israël, la fin du règne de Benjamin Netanyahu n’a jamais paru si proche. Mais rien n’est fait. Malgré le ralliement de poids du héraut de la droite radicale Naftali Bennett, Yaïr Lapid, centriste à la tête de l’opposition israélienne, a encore quatre députés à rallier pour former une coalition capable de tourner la page de l’ère Netanyahu. Son mandat, reçu début mai du président Reuven Rivlin après l’échec de Netanyahu à former une coalition, court jusqu’à ce soiri, 23H59 (22H59 heure belge).

En tant que juif, je suis profondément troublé par l’extrême violence anti-Arabes dont fait preuve Israël, une violence qui s’inscrit à l’encontre des valeurs juives fondamentales. En tant qu’Américain, je suis extrêmement troublé par le soutien systématique que le gouvernement des États-Unis apporte à Israël. Fort heureusement, je ne suis pas le seul dans ce cas. De plus en plus de membres démocrates du Congrès, juifs comme non juifs, appellent les États-Unis à cesser de cautionner le non-respect des lois dont fait preuve Israël