En 2016, la brillante historienne Margaret Macmillan affirmait que l’Europe résisterait au populisme. « Le respect de la règle de droit surmontera toute chance d’un retour à l’époque de Weimar. » À l’époque, j’avais souligné qu’il existait déjà « de multiples signes qui indiquent précisément le contraire » (La dislocation montante du droit européen. Cinq ans après, chacun peut mieux apprécier où résidait l’analyse correcte.

Le 30 septembre dernier, la Cour européenne de justice reconnaissait l’ex-ministre belge Karel Pinxten coupable de différents détournements d’argent public lorsqu’il officiait comme juge à la Cour des comptes. Il a été déchu de deux tiers de ses droits à la pension perçus auprès de cet organe. Franklin Dehousse, professeur à l’ULiège et ancien juge à la Cour de justice de l’Union européenne, décrypte cette condamnation et livre ses enseignements.

L’image du trio Erdogan/Michel/von der Leyen à Ankara a choqué le public européen, réaction très normale. Comme souvent dans les affaires européennes, la réalité est multiple et complexe. L’image cache aussi une dégénérescence importante de la politique étrangère de l’Europe, fort paradoxale au moment où tout le monde souligne les menaces plus grandes qui pèsent sur elle. Ankara ne constitue hélas qu’un symptôme d’une dérive répétée.