Disons-le d’emblée : l’accord conclu par les partis de gauche dans le cadre de la « Nouvelle Union populaire » est une excellente nouvelle pour la démocratie française et européenne. Ceux qui y voient le triomphe de la radicalité et de l’extrémisme n’ont visiblement rien compris aux évolutions du capitalisme et aux défis sociaux et environnementaux auxquels nous faisons face depuis plusieurs décennies.

Quelle que soit l’issue de l’élection, on peut déjà être sûr d’une chose : nous n’assisterons pas au paisible retour d’un rassurant clivage gauche-droite. D’abord parce la droitisation générale du paysage politique correspondent à une tendance lourde, que le macronisme au pouvoir a dangereusement accentué. Ensuite car il faudra un long travail pour que les forces de gauche parviennent à s’unir et à accéder au pouvoir.

Depuis la victoire de Donald Trump en 2016 et celle de l’option Brexit, chacun devrait accueillir désormais les surprises électorales avec recul. Pourtant, l’hypothèse Le Pen est souvent balayée d’un revers de main, comme si une marque politique installée depuis cinquante ans et un contexte de crises multiples, ne pouvaient en tout premier lieu être le coeur du réacteur d’un spectaculaire accident électoral. Comme nous l’avons vu, l’humanisation de la candidate, par Zemmour interposé, est un des éléments ouvrant le champ de multiples autres possibilités.

Emmanuel Macron rompt avec ce schéma en se présentant comme étant « en même temps » de droite et de gauche : il ne se conçoit pas comme le porte-parole d’une idéologie ou d’une partie du corps social, mais comme un individu placé au-dessus des appartenances partisanes et qui doit attirer les suffrages par ses qualités personnelles, le volontarisme, la compétence, le pragmatisme… Emmanuel Macron joue résolument du caractère aristocratique de l’élection.

Cela fait 20 ans que le dossier de la sortie du nucléaire est sur la table. Oui, vous avez bien lu : 20 ans ! La dépendance vis-à-vis de Moscou ne sort pas de nulle part, même si l’approvisionnement reste limité pour la Belgique. Qui plus est, le monde politique fait aujourd’hui comme s’il détenait tous les leviers pour déterminer les prix de l’énergie, alors que ce n’est pas le cas.

Le départ de l’armée française du Mali, après neuf ans d’opérations contre les groupes jihadistes, sanctionne les limites d’une stratégie adoptée par les Occidentaux dans d’autres parties du globe, en Afghanistan notamment: la primauté de la réponse militaire à un fléau notoirement plus profond. « Le contre-terrorisme classique, certes, semble avoir les faveurs des partenaires internationaux. Cependant, il ne s’attaque qu’aux symptômes d’un mal déjà profond »