Les œuvres d’art sont de plus en plus souvent censurées sur les réseaux sociaux, alerte l’Académie des beaux-arts. Prenons garde, invite l’Académie des beaux-arts depuis Paris, dans un communiqué publié ce 16 février : les réseaux sociaux censurent de plus en plus régulièrement des œuvres d’art présentant de la nudité, même suggestive. Musicien et compositeur, secrétaire perpétuel et président de l’Académie, Laurent Petitgirard tire la sonnette d’alarme.

Le cours de l’action Meta (anciennement Facebook) a perdu 26% en l’espace d’ un mois. Du jamais vu. Au cours de la même période, la capitalisation boursière de Meta a perdu plus de 300 milliards, bien plus que ses concurrents de la tech qui ont aussi souffert de la récente correction. Facebook est confronté à plusieurs problèmes sérieux. Aucun d’entre eux n’a de solution immédiate.

Alphabet (maison mère de YouTube), Meta (celle de Facebook), Reddit et Twitter sont visés par ces injonctions à comparaître. La commission, dont le rôle est d’établir la responsabilité de l’ancien président Donald Trump et de son entourage dans l’assaut du Congrès par ses partisans, a fait savoir que ces requêtes avaient été lancées après des « réponses insuffisantes » des quatre groupes à de précédentes demandes de collaboration.

Internet s’apprête à passer la troisième. Plusieurs géants de la technologie, veulent bâtir un « métavers », un méta-univers numérique où la frontière entre le réel et le virtuel se brouille, jusqu’à disparaître complètement. Le groupe Facebook, en première ligne, a notamment annoncé lundi 18 octobre, la création de 10 000 emplois dans l’Union européenne pour développer le « métavers ». A quoi ce métavers peut-il ressembler ? Que pourra-t-on y faire de plus que sur l’internet actuel

« Bien mieux que d’essayer de transformer les monopoles massifs et peu fiables en « bons monopoles », il faut mettre fin aux monopoles et créer un monde en ligne fédéré où les utilisateurs peuvent choisir les normes d’expression qui leur conviennent et se connecter aux utilisateurs d’autres services », explique Doctorow. Plutôt que pousser les entreprises monopolistiques au filtrage et à la surveillance des contenus des utilisateurs, il serait plus efficace de les pousser à l’interopérabilité et à la portabilité.

En moins d’un mois, une série d’événements, la plupart enclenchés par les révélations d’une ex-employée qui a diffusé de nombreux documents internes, a fragilisé le plus grand réseau social du monde. Les documents transmis par Mme Haugen à la SEC pourraient ouvrir un nouveau front des régulateurs américains contre Facebook, alors qu’une procédure pour suspicion d’abus de position dominante concernant le rachat par le groupe d’Instagram et de WhatsApp est déjà en cours.

Nous sommes en 2021. Et en 2021 des « algorithmes » nourris « d’intelligence artificielle » continuent de confondre des hommes et des femmes noires avec des … primates. L’affaire est celle de Facebook qui, sous la vidéo présentant la capture d’écran d’un homme noir et titrée « Un homme blanc appelle les flics pour des hommes noirs sur la marina », propose : « Voulez-vous continuer de regarder des vidéos de primates ? »