Au cœur de l’affrontement global des capitalismes politiques, l’Europe n’a pas encore trouvé sa place. Or dans sa projection internationale, elle ne peut faire autrement que de commencer par le problème central : sa relation avec les États-Unis. Selon Riccardo Perissich, la relation transatlantique doit glisser vers un nouveau théâtre : l’Asie.

Israël s’inquiète d’un possible froid avec les États-Unis et l’Europe en raison du programme de la coalition avec l’extrême-droite qui vient de s’installer au pouvoir. Par le passé, l’Autriche a été mise en quarantaine pour avoir pactisé avec le dirigeant d’extrême-droite Joerg Haider…Personne n’a encore osé appeler au boycottage de Benyamin Netanyahou.Et pourtant, les dirigeants politiques avec lesquels il a bâti la coalition au pouvoir en Israël font passer les ténors de l’extrême-droite européenne pour de pâles centristes.

Le lynchage de l’automobiliste par cinq policiers à Memphis, dans le Tennessee, le 7 janvier tend à démontrer que rien n’a changé plus de deux ans après la mort atroce de George Floyd en mai 2020. Les chiffres sont impitoyables. Selon le décompte annuel du Washington Post, 1 093 personnes ont été tuées par des policiers en 2022, principalement par arme à feu, un total qui ne cesse de progresser.

Le ministère américain de la Justice a déposé plainte contre Google. Les autorités dénoncent le « monopole » de l’entreprise sur le marché de la publicité en ligne, exigeant de la justice qu’elle ordonne la « cession » de toutes ses activités liées à la vente d’espaces publicitaires en ligne. Ce qui serait un premier pas inédit vers son possible démantèlement.

Il y a un air de déjà-vu dans la montée de tension, puis les décisions allemande et américaine, annoncées hier, de livrer des chars lourds à l’Ukraine. Depuis le début de l’invasion russe, il y a onze mois, chaque étape de l’escalade dans le type d’armement fourni à l’armée de Kiev a donné lieu aux mêmes hésitations, à des contradictions publiques, puis à la décision sous pression. Et ce n’est certainement pas la dernière fois.

M&M’s a renoncé à ses personnages face à la déferlante ultra-conservatrice américaine qui a accusé ses bonbons d’être «woke». Il n’utilisera plus dans ses publicités, jusqu’à nouvel ordre, les fameux personnages rappelant la forme de ses bonbons chocolatés, critiqués par une partie de la droite conservatrice américaine, qui les juge politisés.

Les médecins américains désormais obligés d’attendre que leurs patientes enceintes soient en danger de mort avant de pouvoir pratiquer une interruption volontaire de grossesse poussent un cri de colère et d’indignation. Un article scientifique paru récemment a publié des données concernant ces soins médicaux en danger C’est un document rempli de faits, mais aussi de toute la colère et le chagrin de se voir obligés de proposer des soins médicaux de qualité inférieure à des patientes qui souffrent.

L’année 2022 a été celle où la police américaine a tué le plus de monde depuis au moins dix ans: 1.176 décès ont été recensés selon le rapport de l’association américaine Mapping Police Violence, qui recense et cartographie les violences policières à partir de rapports, d’articles et des chiffres d’ONG. Soit plus de trois morts par jour. Du jamais vu. Seuls 2% des policiers sont mis en examen à la suite de violences mortelles, et seuls 1% sont condamnés –souvent à des peines plus légères que des civils ayant commis les mêmes crimes. n l’association créée en 2015.

Les jusqu’au-boutistes n’ont apparemment cure des problèmes auxquels leurs concitoyens sont confrontés, l’inflation ou les ravages du dérèglement climatique. L’heure est aux représailles tous azimuts contre les démocrates. Ils envisagent même de mettre en cause la police fédérale, les services des impôts et des procureurs fédéraux auxquels ils dénient le droit d’enquêter sur Donald Trump, malgré les soupçons qui pèsent sur lui.

Il faut réfléchir au fait que les démocraties ont trop souvent oublié les aspects sociaux et sont restées impuissantes et/ou passives face à l’accroissement des inégalités. On a oublié le social. Les démocraties doivent également être des démocraties sociales si on veut qu’elles s’enracinent et elles doivent ne plus accepter, comme elles le font passivement, le mensonge comme mode d’action.