Quelle que soit l’issue de l’élection, on peut déjà être sûr d’une chose : nous n’assisterons pas au paisible retour d’un rassurant clivage gauche-droite. D’abord parce la droitisation générale du paysage politique correspondent à une tendance lourde, que le macronisme au pouvoir a dangereusement accentué. Ensuite car il faudra un long travail pour que les forces de gauche parviennent à s’unir et à accéder au pouvoir.

À la suite de la défaite écrasante des Tories lors de l’élection partielle, le 16 décembre, dans le North Shropshire, bastion rural du parti conservateur britannique, le Premier ministre, Boris Johnson, semble être de plus en plus fragilisé après des semaines de scandales, de révélations et de volte-faces incessantes autour des restrictions sanitaires.

Emmanuel Macron a йtй rйguliиrement йlu et il ne manque pas de qualitйs. Mais son йlection aurait йtй impossible sans l’effondrement du systиme politique de la Ve Rйpublique qu’il a accйlйrй et dont il a profitй. D’un point de vue symbolique, il occupe la position d’un «survivant dйsignй». Il a hйritй du pouvoir, il ne l’a pas conquis. C’est ce qui obиre sa lйgitimitй.