Une partie importante des barons de la droite brésilienne et du centre droit exprime un rejet très clair et est obligée de marquer une solidarité fonctionnelle et légale auprès du président. Cela peut permettre à Lula de construire un front démocratique élargi autour duquel il obtiendra une collaboration fonctionnelle d’une partie de la droite et du centre droit qui jusqu’à présent était derrière Bolsonaro.

La vague conservatrice avance au Brésil même si Lula arrive à la contenir dans le cadre de l’élection présidentielle à la tête de sa coalition gauche/centre gauche/centre droit. Il reste en position de l’emporter le 30 octobre, mais on comprend que victorieux, il gouvernerait dans des conditions très difficiles et face à un bolsonarisme puissant, en dynamique, désormais installé et ancré au Brésil, obligé de chercher des alliances complexes et précaires dans un Congrès byzantin…