ans un rapport publié jeudi 29 septembre, Amnesty International décortique le rôle de catalyseur joué par Facebook dans les massacres de Rohynga en Birmanie en 2017, des exactions qui ont poussé 700 000 d’entre eux à migrer au Bangladesh. En conséquence, elle demande à Meta, la maison mère de Facebook, d’indemniser les réfugiés, encore nombreux à vivre dans des camps bangladais