La purge continue au CD&V, après le président des démocrates chrétiens flamands, c’est le ministre flamand Wouter Beke qui démissionne. Le CD&V a tué son père, une fois de plus. Le sacrifice est une spécialité maison. Premier constat : aucun parti n’a perdu autant de cadres ces dernières années. Yves Leterme, Koen Geens, Kris Peeters, Marianne Thyssen, Steven Vanackere, Stefaan de Clerck, Pieter de Crem, Inge Vervotte. Dans les couloirs du CD&V les photos des employés du mois tiennent de la galerie mortuaire. Une hémorragie qui n’a d’équivalent dans aucun autre parti.

Lorsque le fait régional s’est imposé, la remise en cause de ces ouvrages imposés à Bruxelles dans les années 70 est devenue progressivement une revendication politique à Bruxelles. Mais bon nombre de wallons et les flamands ont toujours des difficultés à l’accepter. Manifestement, la représentation du rôle très “utilitaire” de la capitale de la part de certains élus wallons et flamands reste forte.

Elle fut longtemps le symbole des partis rouges, mais aujourd’hui quasi toutes les couleurs politiques revendiquent la Fête du travail. Les libéraux francophones tentent donc de débaucher des électeurs du PS; le Vlaams Blok en fait de même avec le parti socialiste flamand, ce qui démontre que l’adoption des symboles de l’autre reflète la stratégie électorale des partis. La lutte pour les symboles symbolise la lutte pour les électeurs.

Nous, acteurs de la société civile européenne, sommes inquiets des menaces qui pèsent sur la protection des données personnelles en Belgique et des brèches qu’elles ouvrent en la matière dans toute l’Europe. La Belgique traîne la patte pour transposer la directive européenne dans le droit national. Et menace de virer la lanceuse d’alerte d
sur la protection des données.

La politique d’accueil qui différencie les réfugiés ukrainiens et les personnes originaires d’autres continents n’est pas acceptable. Des êtres humains ne peuvent être « invisibilisés » .Ces personnes – migrant.es, sans-papiers, demandeurs de protection internationale, adultes, familles, enfants – n’existent tout simplement pas. Elles n’ont droit à rien, au mépris de tout. Elles sont invisibles. Invisibles en tant qu’individus, mais omniprésentes en tant que « problèmes » à régler.