Bart de Wever, le président de la N-VA, veut réformer le pays de manière extralégale. Cette déclaration a été abondamment commentée depuis samedi. Un coup de communication qui augure d’une stratégie de la terre brûlée. Mais en attendant cette sortie fantasmée du désert belge et cette arrivée en terre promise flamande, Bart de Wever ne peut qu’attendre et ressasser son évangile. Car la terre brûlée de la maison Belgique peut brûler longtemps. Plus longtemps que la durée d’une carrière politique, ou même qu’un parti.

Cela le démange de plus en plus. Bart De Wever y revient méthodiquement, insiste. De simple allusion régulière, cela tourne à l’obsession. Cela risque même d’empirer au fur et à mesure que l’on se rapprochera de l’échéance électorale de mai 2024 et au-delà quand il faudra composer de nouveaux exécutifs. Le président de la N-VA entend voir naître son confédéralisme, quitte même cette fois à sortir du cadre légal.

Ces derniers mois, le président de la NV-A a multiplié les sorties concernant une fusion entre la Flandre et les Pays-Bas. L’écrivain et entrepreneur hollandais Ricus van der Kwast démonte cette idée dans cette lettre ouverte à Bart De Wever. « Cher Bart,
culturellement, Flandre et Pays-Bas ont quatre siècles et demi d’écart ».

Cette rentrée démontre que le parti est entre deux eaux. La N-VA se cherche une nouvelle tactique. Et celle-ci semble uniquement reposer sur l’échec espéré de la Vivaldi. Bart De Wever ne cesse de le répéter, la Vivaldi n’existe que contre la N-VA. Cela n’est pas faux, mais en disant cela, il rend l’inverse vrai. Aujourd’hui la N-VA n’existe que contre la Vivaldi. Si celle-ci produit des résultats c’est donc forcément mauvais pour la N-VA.