L’ONU a mis en garde lundi contre la « normalisation » du refoulement illégal de réfugiés aux frontières de l’Europe et dénoncé les violences et les violations des droits humains qui font des morts.
« Ce qui se produit aux frontières de l’Europe est inacceptable légalement et moralement et doit cesser », écrit le Haut Commissaire aux réfugiés, Filippo Grandi, à l’adresse des autorités sur ce continent, ajoutant craindre que « ces pratiques déplorables ne se normalisent et ne deviennent la règle ».

Cette grande faiblesse de l’économie russe est structurelle car l’activité y est contrôlée par quelques conglomérats, concentrés dans peu de régions, qui sont la propriété de l’Etat ou d’une minorité infinitésimale de personnages tous reliés les uns aux autres et dépendants les uns des autres. Dans un tel contexte ravagé, pas du tout productif, alors que même préalablement à la Covid les prix alimentaires avaient flambé de plus de 30% à cause des sanctions et d’un secteur agricole lui aussi déficient, comment la Russie parviendra-t-elle à survivre avec de nouvelles sanctions qui se préparent ?

Depuis la loi dite « de protection intégrale », votée à l’unanimité en 2004, l’Espagne fait figure de modèle dans la lutte contre les violences faites aux femmes, dont la Journée mondiale se tient le jeudi 25 novembre. Le nombre de féminicides au sein du couple a été réduit de 25% grâce à un arsenal social, judiciaire et éducatif dont les « agents protecteurs » font partie.

La pionnière de l’écologie Rachel Carson nous avait prévenus. Le printemps risque de devenir de plus en plus silencieux [1]. Selon une étude publiée début octobre, un oiseau sur six aurait disparu en Europe depuis 1980. En quatre décennies, les effectifs ont chuté globalement de 14 à 19 %. Le déclin est colossal parmi les espèces dites communes. Selon les scientifiques, au total, près de 600 millions d’oiseaux nicheurs auraient disparu.

Les groupes Pfizer, BioNTech et Moderna, qui ont développé des vaccins à ARN-messager contre la Covid-19, engrangent des bénéfices faramineux tout en délaissant les pays du Sud, qui pâtissent d’un manque d’accès aux vaccins, dénonce mardi Oxfam sur base d’un rapport de la People’s Vaccine Alliance, dont l’ONG fait partie.