Pour faire plier l’Etat russe, il est urgent de concentrer les sanctions sur la mince couche sociale de multimillionnaires sur laquelle s’appuie le régime : un groupe nettement plus large que quelques dizaines de personnes, mais beaucoup plus étroit que la population russe en général. Pour fixer les idées, on pourrait cibler les personnes détenant plus de 10 millions d’euros en patrimoine immobilier et financier, soit environ 20 000 personnes d’après les dernières données disponibles.

Les œuvres d’art sont de plus en plus souvent censurées sur les réseaux sociaux, alerte l’Académie des beaux-arts. Prenons garde, invite l’Académie des beaux-arts depuis Paris, dans un communiqué publié ce 16 février : les réseaux sociaux censurent de plus en plus régulièrement des œuvres d’art présentant de la nudité, même suggestive. Musicien et compositeur, secrétaire perpétuel et président de l’Académie, Laurent Petitgirard tire la sonnette d’alarme.

Le départ de l’armée française du Mali, après neuf ans d’opérations contre les groupes jihadistes, sanctionne les limites d’une stratégie adoptée par les Occidentaux dans d’autres parties du globe, en Afghanistan notamment: la primauté de la réponse militaire à un fléau notoirement plus profond. « Le contre-terrorisme classique, certes, semble avoir les faveurs des partenaires internationaux. Cependant, il ne s’attaque qu’aux symptômes d’un mal déjà profond »

Les éditeurs craignent que cette puissance nuise à la diversité éditoriale, avec un risque de concentration sur les auteurs à forte valeur ajoutée, au détriment des découvertes ou des auteurs plus confidentiels. « Avec la force logistique d’un tel groupe, cela remet en question l’accès à la vente des petits éditeurs indépendants. C’est un risque pour la diversité éditoriale, et c’est préjudiciable pour les éditeurs, c’est préjudiciable pour les auteurs, mais c’est aussi préjudiciable pour les librairies ».

Les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine évoquent la possibilité d’une solution diplomatique, qui donnerait à Poutine un moyen de sortir de la crise qu’il a créée tout en sauvant la face. La question est de savoir s’ils peuvent et s’ils veulent concevoir un accord mutuellement acceptable, compte tenu de la densité de l’enchevêtrement des intérêts conflictuels derrière ce conflit. Il y a bien un moyen de le désamorcer d’un coup: Biden pourrait s’inspirer de John F. Kennedy et proposer un accord secret à Poutine.

Depuis des mois, la concurrence qui oppose entre elles les candidatures françaises issues de la gauche et de l’écologie politique est une source inépuisable de sarcasmes. Leur défaite aux élections présidentielles serait assurée par leur incapacité à s’unir. Les principaux candidats obnubilés par leur ego n’envisageraient l’unité que sous la forme d’un ralliement. SI elle avait réussi à surmonter ses divisions, la gauche aurait pu envisager d’accéder au second tour. Enfin, c’est ce qu’on entend.

Dans La Guerre de l’attention (L’Échappée, janvier 2022), Yves Marry et Florent Souillot décrivent l’émergence d’un « capitalisme attentionnel ». À la manœuvre, les GAFAM qui cherchent coûte que coûte à s’approprier notre temps de cerveau disponible. « Une guerre quotidienne, sans uniforme ni territoire, que se livrent les plus grandes entreprises pour capter notre temps de cerveau, ce nouvel « or gris ».Le pire étant que nous sommes complices dans cette affaire…

Inspirés par le mouvement des camionneurs à Ottawa, des « convois de la liberté » cheminent vers Paris et voudraient « bloquer la capitale » pour lutter contre les restrictions sanitaires. Dans toute l’Europe, de tels mouvements se propagent depuis l’année dernière. Selon Paweł Zerka, pour désamorcer l’argument de l’extrême droite selon lequel elle serait la seule à pouvoir défendre la liberté, il faut être capable de montrer que sa définition de la liberté est fragmentaire – et en proposer une autre.

Vladimir Poutine et Olaf Scholz ont du apprendre quelque chose pendant leurs déplacements à Moscou et Washington : les puissants du monde se fichent pas mal de ce que les Européens peuvent bien penser ou vouloir. Et Olaf Scholz a du se rendre compte que la décision concernant l’ouverture du gazoduc « Nord Stream 2 » ne se prend pas à Berlin, mais à Washington. Et du coup, les présumés leaders européens se trouvent réduits à leur taille réelle.

Si Paul Magnette est sincère, et souhaite par cette provocation que le PS se positionne comme le protecteur des citoyens contre les excès du capitalisme numérique, il faut que sa déclaration soit suivie de décisions concrètes en ce sens. Sur la flexibilité du travail, le statut de l’économie de plateforme, sur l’extension de l’aéroport de Liège, la protection de la vie privée. Si ça n’arrive pas, alors même l’hypothèse de la sincérité s’effondrera.