La condamnation, jeudi, de l’ancien maire de Riace en Calabre (sud de l’Italie), Domenico Lucano, à plus de 13 ans de prison pour incitation à l’immigration clandestine a provoqué une onde de choc en Italie. L’ancien édile est une figure emblématique de l’accueil et de l’intégration des migrants en Italie. Une politique qui lui avait valu d’être nommé troisième « meilleur maire au monde » en 2010, et parmi les 100 personnalités les plus influentes au monde dans le classement du magazine Fortune.

Il y a un an jour pour jour, le gouvernement d’Alexander De Croo prêtait serment auprès du Roi. L’objectif principal de ce gouvernement est simple : nous faire croire que gouverner la Belgique est possible. Ou plus simplement dit, le gouvernement doit répondre positivement à la question : l Répondre à cette question nécessite des décisions bien sûr mais aussi une certaine manière de les prendre.

Les élections au Bundestag du 26 septembre sont marquées par la renaissance de la sociale démocratie et par un affaiblissement historique de la démocratie chrétienne allemande.  En choisissant de se mettre d’accord avant d’entamer les négociations de coalitions, les Verts et les libéraux, deux partis en apparence opposés ont montré leur détermination à engager la modernisation du pays

L’idée d’un fardeau insupportable pour les générations ultérieures est un mythe. L’histoire nous prouve que tous les régimes, depuis au moins un bon millénaire, ont vécu en s’endettant. Ce qui important, ce n’est pas d’être en mesure de rembourser, en réalité; c’est de montrer que ce remboursement est possible… même s’il n’a jamais lieu. Tout le monde sait que l’économie est aussi et peut-être avant tout basée sur des sentiments et des attitudes: la confiance, l’appât du gain, l’anticipation, le flair, etc.

Avocats.be et l’OVB s’inquiètent de la multiplication des amendes à perception immédiate pour sanctionner des délits, qui ne sont dès lors plus du ressort de la justice. Au détriment du justiciable. Et le ministre de la Justice nous annonce que cette règle pourra s’étendre à d’autres délits « mineurs » comme les vols à l’étalage, les vols simples, les petits faits de drogue, etc. L’exception va donc devenir la règle pour bien des délits.

La «loi sur la protection de la santé des femmes» ressemble donc à s’y méprendre à un baroud d’honneur: un acte désespéré, perdu d’avance et purement symbolique. Les Démocrates ne pèchent pas par naïveté et ne se font probablement aucune illusion, sachant pertinemment que leurs chances de défendre le droit à l’IVG par une loi fédérale sont d’ores et déjà nulles. Ne rien faire serait un terrible aveu d’impuissance.

La tentation d’en faire toujours plus pourrait avoir des effets délétères sur la gestion mondiale de la pandémie. Cette recommandation visant à limiter la dose de rappel à certaines populations à haut risque est entérinée par une tribune parue le 13 septembre dernier dans The Lancet et signée par plusieurs grands noms d’experts en épidémiologie et santé publique, souvent proches ou membres de l’Organisation mondiale de la santé. Pour eux, les données disponibles à ce jour ne plaident pas pour la nécessité d’une troisième dose en population générale de moins de 65 ans. En effet, les vaccins offrent une protection qui n’a pas varié contre les formes graves chez les personnes jeunes et en bonne santé, l’administration d’un booster n’est alors pas justifiée dans ces cas.

D’ici la fin de 2025, la Belgique devra avoir fermé toutes ses centrales nucléaires. Ou quasi toutes. Si le pays n’a pas d’autres choix, la possibilité de maintenir deux réacteurs est possible. Mais les cinq autres vont disparaitre. Le Gouvernement fédéral aimerait faire du démantèlement de centrales nucléaires une véritable filière industrielle belge.

Le 28 septembre, c’est la journée mondiale pour le droit à l’avortement. En Belgique, c’est la loi du 15 octobre 2018 qui encadre l’IVG. Il doit être réalisé avant la fin de la 12ème semaine de grossesse. Et après ? Chaque année, plus de 500 femmes se rendent au Pays-Bas pour avorter. Le pays voisin dispose d’un délai légal de 24 semaines. Cependant, effectuer ce trajet demande des moyens financiers, que les femmes les plus précaires ne possèdent pas. Elles ont donc deux options : pratiquer un avortement clandestin ou mener une grossesse non désirée à terme.