Emmanuel Macron a йtй rйguliиrement йlu et il ne manque pas de qualitйs. Mais son йlection aurait йtй impossible sans l’effondrement du systиme politique de la Ve Rйpublique qu’il a accйlйrй et dont il a profitй. D’un point de vue symbolique, il occupe la position d’un «survivant dйsignй». Il a hйritй du pouvoir, il ne l’a pas conquis. C’est ce qui obиre sa lйgitimitй.

Trump transforme le GOP en parti fasciste. On hésite toujours à utiliser le terme fascisme, si étroitement lié à une période particulière et déjà éloignée de l’histoire européenne, par crainte de commettre des anachronismes. Et pourtant, n’est-ce pas cela dont il s’agit ici ?Tous les ingrédients de la constitution d’un parti fasciste sont présents aujourd’hui dans l’évolution du Parti républicain

La pénurie actuelle de vaccins est artificielle et évitable. Elle résulte du fait que nous avons laissé le contrôle de la disponibilité des vaccins à une poignée de fabricants commerciaux, alors que la plupart des efforts de recherche et de développement (R&D) ont été financés par des gouvernements, donc par nous tous, y compris des années de recherches préalables des centres de recherches publiques et universitaires sur lesquelles le développement rapide des vaccins repose.

L’image du trio Erdogan/Michel/von der Leyen à Ankara a choqué le public européen, réaction très normale. Comme souvent dans les affaires européennes, la réalité est multiple et complexe. L’image cache aussi une dégénérescence importante de la politique étrangère de l’Europe, fort paradoxale au moment où tout le monde souligne les menaces plus grandes qui pèsent sur elle. Ankara ne constitue hélas qu’un symptôme d’une dérive répétée.

C’est peu dire que la pandémie met notre démocratie à rude épreuve. Les attentats l’avaient déjà affaiblie, et le covid vient frapper le même talon d’Achille : l’équilibre fragile entre libertés et sécurité. Tout renforcement de la sécurité se fait au détriment des libertés. Or, si pour certaines, ces atteintes seront limitées dans le temps, nous pouvons redouter que, dans d’autres domaines, les séquelles seront longues, voire irréversibles.

C’est l’élément le plus marquant de l’accord intervenu au sein du gouvernement vivaldi, la prime de maximum 500 euros net pour les travailleurs d’entreprises qui ont eu de bons résultats durant la crise. Une prime qui doit débloquer la négociation entre patronat et syndicats à propos des salaires. La Belgique choisit une fois de plus la voie du paternalisme salarial, une spécialité maison.

L’annonce est historique, et pourrait constituer un moment pivot dans la lutte de l’humanité contre le SARS-CoV-2. L’administration Biden-Harris a annoncé sa volonté de soutenir, devant l’Organisation mondiale du commerce, les nations comme l’Inde ou l’Afrique du Sud réclamant la levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le Covid-19.

Les sondages suggèrent que l’électorat ne semble pas s’en soucier – ce qui leur importe, c’est la rapidité avec laquelle ils peuvent se faire vacciner et la rapidité avec laquelle les restrictions de confinement seront levées. Il se peut que le type de changement culturel soit le fruit de la montée de la politique populiste basée sur des slogans associée à la montée de Trump et au processus du Brexit.

La dramatisation de la situation sanitaire de l’Inde, l’absence d’empathie avec les Brésiliens et leurs voisins interpelle. Comment comprendre ce double discours de la « Communauté internationale » ? Pourquoi l’Inde a-t-elle bénéficié d’une attention immédiate des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France ? Le Brésil, tout aussi touché et dangereux – il est émetteur de variants transfrontaliers -, n’a mobilisé et ne mobilise positivement aucun gouvernement.