Guerre interne chez les pacifistes

Deux manifestations, deux ambiances. Ce week-end, deux mobilisations pour la paix en Ukraine se sont succédé dans les rues de la capitale. Le signe d’une profonde division de la gauche et du mouvement pacifiste après un an de guerre.

Première observation, le succès assez modeste de ces deux manifestations : 2500 personnes le samedi, 1500 le dimanche. On parle beaucoup d’une nouvelle guerre froide, mais dans l’ancienne (1947-1989) les mouvements pacifistes parvenaient à réunir jusqu’à 400.000 personnes (1983) contre l’installation de missiles américains en Belgique.

Elles semblent loin ces années 80 où le pacifisme unifiait largement les progressistes dans les partis (des communistes aux chrétiens), dans les syndicats, les associations, constituant un front massif pour la désescalade nucléaire et contre la stratégie de l’OTAN de course aux armements envers l’union soviétique.

Après un an de guerre en Ukraine, le mouvement pacifiste peine donc à mobiliser. Il est aussi fracturé. S’il y a eu deux cortèges, c’est parce qu’une ligne de fracture profonde s’est creusée au sein des mouvements et organisations qui, à gauche, font vivre le pacifisme.

La suite ici  : Guerre interne chez les pacifistes