Joe Biden à l’heure d’un premier bilan

Joe Biden s’est montré à son avantage lors du traditionnel discours sur l’état de l’Union, le 7 février. Il retrouvait les murs familiers du Congrès, où il a passé la majeure partie de sa vie politique, et il avait surtout des résultats à présenter à ses concitoyens.

En dépit des nuages qui se sont accumulés au-dessus de l’économie mondiale depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les Etats-Unis enregistrent aujourd’hui le plus faible taux de chômage depuis plus d’un demi-siècle. L’inflation, devenue le principal sujet de préoccupation des Américains, a commencé également à donner des signes de reflux.

Le 46e président des Etats-Unis peut se targuer d’avoir réussi où ses prédécesseurs ont échoué, en faisant adopter un gigantesque plan de remise en état des infrastructures. Tout en obtenant un rare accord bipartisan pour le développement des microprocesseurs, afin de rester dans la course technologique avec la Chine, si possible avec plus d’une longueur d’avance, il a engagé son pays dans une révolution énergétique privilégiant l’électricité et les renouvelables.

Le président démocrate a passé avec les honneurs, en novembre 2022, l’épreuve des élections de mi-mandat, traditionnellement dévastatrices pour le parti qui occupe la Maison Blanche. Quant à sa gestion millimétrée du conflit ukrainien, du soutien militaire massif à Kiev au resserrement des liens transatlantiques, elle a fait oublier la désastreuse évacuation de Kaboul, sept mois seulement après son arrivée à la Maison Blanche.

La suite ici  : Joe Biden à l’heure d’un premier bilan