Quelle réponse de l’UE face aux défis lancés par Viktor Orbán ?

Les auteurs du rapport 2021 de la Fondation Bertelsmann sur la gouvernance durable en Hongrie reprochent au gouvernement Fidesz d’avoir créé un terrain de jeu électoral inéquitable. L’opposition a été entravée par la réduction du financement de ses partis politiques, l’affaiblissement des municipalités (qui comptent plusieurs bastions de l’opposition), le resserrement de l’influence politique sur les médias et le renforcement de la censure par la criminalisation des fake news et des discours jugés alarmistes.

Mais du point de vue d’Orbán, la légitimité de son gouvernement a été confirmée une fois de plus : dans son discours du soir de l’élection, il s’est vanté d’avoir remporté « une victoire si grande que vous pouvez la voir depuis la lune – et depuis Bruxelles« .

Les institutions européennes se trouvent donc dans une situation délicate au moment où elles envisagent de couper l’accès de la Hongrie aux fonds européens. Un mécanisme de protection de l’Etat de droit nouvellement créé permet à l’UE de retirer les fonds aux pays qui les dépensent mal. Les eurocrates se sont abstenus d’utiliser ces pouvoirs, peut-être pour ne pas être perçus comme interférant dans les élections en Hongrie.

En outre, la Commission européenne doit encore décider si elle approuve le plan économique hongrois post-Covid-19 et si elle accorde près de 17 milliards d’euros de subventions et de prêts dans le cadre du plan de relance européen « Next Generation EU« . Le rapport Bertelsmann craint que les fonds post-Covid-19 de l’UE ne finissent par « enrichir les amis [du gouvernement] » tout en limitant la marge de manœuvre budgétaire des futurs exécutifs.

La suite ici : Quelle réponse de l’UE face aux défis lancés par Viktor Orbán ? – Voxeurop