Avortement aux Etats-Unis : un retour en arrière de la Cour suprême serait « l’aboutissement » de cinquante ans de « combat de la droite religieuse contre l’IVG »

Il faut bien avoir en tête que les Etats-Unis se distinguent très nettement des autres démocraties occidentales sur le sujet de l’avortement. Dans la plupart des pays, comme en France, l’opposition à l’IVG existe certes toujours, mais elle est devenue marginale après la légalisation. Aux Etats-Unis, ça n’a jamais été le cas. Au contraire, après l’instauration de ce droit, l’avortement est devenu un marqueur politique structurant dans le pays. La décision que s’apprêterait à rendre la Cour suprême est l’aboutissement d’un combat de la droite religieuse contre l’avortement qui n’a pas faibli en cinquante ans.

Rappelons que le droit à l’avortement aux Etats-Unis a été obtenu par une décision de la Cour suprême et pas par un processus politique et démocratique classique. Même si elle a été rendue à une large majorité de sept voix contre deux, elle n’a jamais fait consensus et a interrompu, à l’époque, un processus politique qui était en cours. L’Etat de New York avait rendu l’avortement légal en 1970 avec le soutien des républicains. L’Oregon, par la voie d’un référendum, en avait fait de même. La décision de la Cour en 1973, qui a interdit aux Etats d’interdire l’avortement avant la fin du premier trimestre de grossesse, a ainsi stoppé cette dynamique politique. Un puissant mouvement « pro-life » [« pro-vie », anti-IVG] est né en réaction avec l’objectif, in fine, de renverser cette jurisprudence. Cette question a été l’élément déterminant de la politisation de toute une frange religieuse de la société.

Les responsables politiques républicains ont vite compris la force de cet argument anti-avortement pour gagner des voix, ce qui a fait du sujet un véritable enjeu politique. La droite évangélique représente aujourd’hui un quart des électeurs et est majoritaire dans certaines régions du Sud et du Midwest, comme dans l’Indiana. Il s’agit surtout de chrétiens blancs mais elle a aussi des relais dans certaines églises africaines-américaines et, de plus en plus, dans l’Eglise catholique, qui est très influente chez les hispaniques. Se positionner contre l’avortement permet de gagner énormément d’électeurs mais aussi des voix déterminantes parmi les minorités.

La suite ici : Avortement aux Etats-Unis : un retour en arrière de la Cour suprême serait « l’aboutissement » de cinquante ans de « combat de la droite religieuse contre l’IVG »