Irlande du Nord : possible séisme politique aux élections locales

Les unionistes, majoritairement protestants et viscéralement attachés au maintien de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni, ont quasiment toujours été le principal parti depuis 1921.

Avant le scrutin du 5 mai qui renouvelle l’Assemblée locale siégeant à Belfast, les sondages donnent une victoire du Sinn Fein, autrefois vitrine politique des paramilitaires de l’IRA, l’armée républicaine irlandaise, avec six ou sept points d’avance sur les unionistes du DUP.

Si ce résultat se concrétisait dans les urnes, le parti républicain de gauche prendrait le poste de Premier ministre.

Reste à savoir si le DUP accepterait de prendre celui de vice-Premier ministre et de permettre à l’exécutif local — actuellement paralysé — de fonctionner, car, comme le prévoit la gouvernance partagée par l’accord du Vendredi saint de 1998, qui a mis fin à trois décennies de conflit sanglant, l’un ne peut pas fonctionner sans l’autre.

À Newry, près de la frontière avec l’Irlande, une pancarte du Sinn Fein proclame que « l’unité irlandaise » est « la solution au Brexit ».

La sortie du Royaume-Uni de l’UE, contre laquelle les Nord-Irlandais avaient majoritairement voté, a entraîné dans son sillage « un changement sismique dans la société », a récemment déclaré la vice-présidente du Sinn Fein, Michelle O’Neil.

La suite ici  : Irlande du Nord : possible séisme politique aux élections locales