La bataille du Donbass pourrait être une nouvelle débâcle pour la Russie

Au bout de huit semaines de guerre, la question cruciale est de savoir si les Russes ont tiré la moindre leçon de cette catastrophique première phase et si le terrain de cette nouvelle campagne guerrière –des champs dégagés de l’autre côté de leur frontière– leur donnera un avantage au combat.

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle étape du conflit va probablement être encore plus sanglante que la première –elle prendra la forme d’une guerre d’usure, avec des batailles tank contre tank, telle qu’on n’en avait plus vu en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette semaine, les deux camps étaient encore dans la phase préparatoire et tiraient des obus d’artillerie sur leurs positions respectives dans l’espoir de venir à bout de l’endurance de l’autre et de se saper respectivement le moral avant que la partie écrasante des combats ne commence.

Cela fait maintenant des semaines que des bataillons de chars russes s’alignent le long des presque 500 kilomètres de frontière avec l’Ukrainedans le but, une fois les combats engagés à plein régime, de briser les défenses puis d’encercler les soldats ukrainiens de tous les côtés.

Cette tactique marche dans les deux sens: les Ukrainiens vont tenter d’ouvrir une brèche dans la ligne d’attaque puis d’encercler les soldats russes, et dans le même mouvement, de couper leurs lignes d’approvisionnement (ce qui est fort pratique, c’est que dans l’est, celles-ci dépendent des chemins de fer et que les Ukrainiens ont prouvé qu’ils savaient très bien les faire sauter).

La suite ici : La bataille du Donbass pourrait être une nouvelle débâcle pour la Russie