Ukraine dépecée, Europe fracturée. Un monde divisé ?

Quelle est la situation militaire et stratégique à ce jour ? D’un point de vue militaire, le rêve de Poutine de conquérir l’ensemble de l’Ukraine, d’atteindre Kiev, de faire tomber le gouvernement, de le « dénazifier » selon ses propres termes et de démilitariser l’Ukraine s’est effondré. Le navire amiral de la flotte russe en mer noire a coulé après avoir été endommagé. S’agit-il d’une panne intérieure ou d’un missile ukrainien ? En tous les cas, cet incident prouve les limites, s’il le fallait, de la puissance militaire russe.

La stratégie russe consiste désormais à se rabattre sur des objectifs plus limités. Mais ces objectifs sont néanmoins importants du point de vue de l’Ukraine puisqu’elle risque de se retrouver dépecée par les gains territoriaux que pourrait prendre la Russie. Avant la guerre, la Russie, ou du moins les indépendantistes pro-russes, contrôlait une partie du Donbass. Désormais, elle peut espérer contrôler l’ensemble du Donbass et la bande territoriale entre le Donbass et la Crimée, ce qui lui permettrait de s’assurer une continuité territoriale.

Une fois qu’elle maîtrisera ces territoires, lorsque Marioupol sera tombée – ce qui est une question d’heures ou de jours – il sera difficile de l’en déloger. La question qui se pose est de savoir si la Russie souhaite prendre ces territoires pour avoir un gage de négociation avec l’Ukraine. Ce n’est pas certain. Il est plus probable que Vladimir Poutine veuille conserver ces gains territoriaux et ainsi pouvoir triompher le 9 mai, date anniversaire de la victoire soviétique contre le nazisme, et affirmer que grâce à son action la Russie est plus en sécurité.

L’Ukraine, célébrée dans le monde entier, sortirait donc dépecée du conflit. Mais cette situation impliquerait également une fracturation durable de l’Europe. En effet, si Vladimir Poutine ne restitue pas ces territoires, une normalisation des relations entre la Russie et les pays occidentaux semble impossible. L’Europe connaîtrait dès lors une fracture majeure entre l’ensemble des pays de l’OTAN –  que vont désormais très certainement rejoindre la Suède et la Finlande, effrayées par la Russie et effarées devant l’usage de la force et le bombardement de populations civiles – et la Russie.

La suite ici  : Ukraine dépecée, Europe fracturée. Un monde divisé ?