Prix de l’énergie, la faiblesse de la nuance

L’opposition s’oppose. Elle s’oppose dans le même sens pour dire : pas assez. Cet unanimisme est frappant. Aucun parti ne dit qu’on en fait trop. Même la N-VA très regardante a la question des déficits ne dit, au nom de la rigueur, que le gouvernement fait exploser les déficits publics en dépensant près de 3 milliards d’euros. Il y a consensus général sur le fait de soutenir les ménages.

Aucun parti pour dire qu’à l’exception du tarif social cette aide n’est pas justifiée pour tout le monde. Que de l’argent public va se retrouver dans des poches qui n’en avaient pas besoin. Y compris à gauche avec le PTB qui soutient la baisse de la TVA et des accises pour tous.

Aucun parti pour dire que les mesures sont un soutien à la consommation de combustibles fossiles qui contribue au trésor de guerre de Vladimir Poutine.

Aucun parti pour s’étonner qu’à côté des mesures de soutien à la consommation d’énergie, il n’y ait pas d’annonce pour diminuer la consommation : limitation de vitesse sur les routes, gratuité des transports publics, dimanche sans voiture.

Pour trouver ces éléments critiques il faut déserter le parlement, aller chercher des associations ou des profs d’unif comme Geert Peersman ce matin dans De Standaard. Le prof d’économie de Gand dit qu’avec cet accord nous soutenons le trésor de guerre Russe.

La suite ici  : Prix de l’énergie, la faiblesse de la nuance