Prolongation du nucléaire : on ne réanime pas un cadavre! Quoique… 

On ne réanime pas les cadavres ! C’est par cette métaphore qu’Egbert Lachaert (Open Vld) a commenté la sortie du nucléaire après qu’Engie Electrabel a déclaré sans aucune ambiguïté qu’une prolongation du nucléaire était exclue. Il semble pourtant que Lachaert soit décidé à encore pratiquer le bouche-à-bouche sur ce cadavre-là. La flambée des prix de l’énergie et les tensions avec la Russie ont pour conséquence que les partis du gouvernement soufflent le chaud et le froid, et ce à un mois de la décision finale.

Ce sont les employeurs qui, les premiers, ont alimenté la nervosité ambiante. Le président du Voka Wouter De Geest s’est tout d’abord prononcé contre une sortie du nucléaire avant de déclarer qu’il n’était plus vraiment opposé à ce scénario, pour finalement plaider pour un maintien des deux réacteurs les plus jeunes. Les employeurs ressentent eux aussi l’emballement des tarifs énergétiques et l’inflation dans leur portefeuille.

La volte-face des milieux économiques belges est une fameuse épine dans le pied de Groen et de son éminente experte en la matière, Tinne Van der Straeten. Sous la houlette de cette dernière, les écologistes s’étaient assuré le soutien du monde de l’entreprise pour fermer les centrales nucléaires. Aujourd’hui, cet atout a donc disparu de leur jeu. Qui plus est, les doutes des milieux économiques ont aussitôt contaminé les autres partis de la coalition Vivaldi, à tel point qu’aujourd’hui, seuls les Verts soutiennent encore pleinement le scénario de la sortie du nucléaire. Et encore, car les affres du doute ont percolé jusque chez certains de leurs militants. Pendant ce temps, un homme rit sous cape : le président du MR Georges-Louis Bouchez.

On pourrait décrire cette agitation à propos de la sortie du nucléaire comme une sorte de monstre du Loch Ness qui remonte à la surface tous les X temps. Mais lorsqu’on ne fait pas partie du landerneau, le spectacle de ces crispations politiques a tout de même de quoi laisser pantois. Nos politiciens se laissent-ils donc si facilement surprendre ou déstabiliser ?

La suite ici : Prolongation du nucléaire : on ne réanime pas un cadavre! Quoique… – DaarDaar