Démographie. Vers un monde dépeuplé

Depuis deux cents ans, une croissance démographique soutenue consume les ressources naturelles, dévaste l’environnement, engendre des guerres. Or l’humanité est sur le point de troquer une bombe démographique contre une autre. Décideurs politiques et scientifiques ouvrent les yeux sur une réalité nouvelle : le monde est au bord du déclin, voire de l’extinction.

Les forces du développement économique et de l’émancipation des femmes se conjuguent pour mettre fin à une ère amorcée sous la révolution industrielle. Période au cours de laquelle la croissance économique était soutenue par la croissance démographique et inversement. Depuis le début du XIXe siècle, cette marée démographique a suscité bon nombre de prédictions alarmistes : l’économiste anglais Thomas Malthus prédisait dès 1798 que la population augmenterait à une cadence telle qu’elle dépasserait la production alimentaire et engendrerait des famines.

En 1972, le Club de Rome avertissait que l’humanité toucherait aux “limites de la croissance” avant cent ans en raison de l’augmentation implacable à la fois de la population mondiale et de la pollution de l’environnement.

Aujourd’hui, la population mondiale – qui était de 1 milliard en 1800 – atteint 7,8 milliards, exerçant une pression manifeste sur la planète. Mais les scientifiques et les décideurs politiques prennent peu à peu conscience d’une nouvelle réalité chiffrée : la croissance démographique a atteint un maximum de 2,09 % à la fin des années 1960 et descendra en dessous de 1 % en 2023, selon une étude de l’université de Washington publiée l’année dernière.

La suite ici : Démographie. Vers un monde dépeuplé