Aux Etats-Unis, la commission d’enquête sur le 6 janvier assigne quatre réseaux sociaux à témoigner

Deux questions intéressent particulièrement les enquêteurs : comment la diffusion de fausses informations a contribué à cette attaque et quelles mesures – le cas échéant – les réseaux sociaux ont pris pour empêcher leurs plates-formes de devenir des terrains propices à la radicalisation.

« Il est décevant qu’après des mois de travail, nous ne disposions toujours pas des documents et des informations nécessaires pour répondre à ces questions fondamentales », a déploré le président de la commission, le démocrate Bennie Thompson.

YouTube, Reddit et Meta ont nié ne pas collaborer avec la commission, et affirmé travailler avec elle pour fournir les informations requises. « Nous avons une politique stricte d’interdiction de contenu qui incite à la violence ou sape la confiance dans les élections, sur YouTube ou à travers les autres produits Google, a affirmé Alphabet dans une réponse à l’Agence France-Presse (AFP). Nous avons appliqué cette politique avant le 6 janvier et continuons de le faire aujourd’hui. »

La suite ici  : Aux Etats-Unis, la commission d’enquête sur le 6 janvier assigne quatre réseaux sociaux à témoigner