Coronavirus : en attendant le pied du mur…

En Flandre, pour une raison que je ne m’explique pas bien, les gouverneurs et gouverneures pèsent politiquement plus que dans le Sud. Depuis le début de la crise sanitaire, ils et elles interviennent dans le débat public, ils ou elles décident aussi d’autorité de mesures pour leur province. Ils et elles se montrent plus interventionnistes.

C’est le cas mardi avec la gouverneure de la Flandre-Orientale, Carina Van Cauter: elle a interdit les fêtes et soirées privées qui ne sont pas encadrées par des professionnels pendant les quatre prochaines semaines. Il s’agit principalement des associations de jeunes ou des clubs sportifs.

Carina Van Cauter, gouverneure de Flandre-Orientale sera peut-être le canari pour d’autres provinces. Car la situation épidémiologique n’est bonne nulle part, mais elle est encore plus mauvaise en Flandre qu’ailleurs. A l’exception du Brabant flamand, toutes les provinces flamandes affichent les taux d’incidences les plus élevés du pays, et aussi les taux d’augmentation les plus forts, ce qui veut dire que l’épidémie y est encore en expansion.

Alors que Bruxelles affiche une incidence de 1000 infections pour 100 000, la Flandre-Occidentale affiche un taux de 2300 infections pour 100 000. Avec une telle progression, les hôpitaux risquent d’être bientôt saturés rendant des mesures de fermetures inéluctables. Plusieurs experts parlent de jours et plus de semaines avant que ce point ne soit franchi. Et si la situation est moins mauvaise à Bruxelles et en Wallonie, elle est juste un peu moins mauvaise, le tocsin risque bien de sonner aussi dans le Sud.

Il y a eu une réunion de crise des gouverneurs en Flandre et leur message est double. D’abord, ils remarquent que de plus en plus d’écoles et d’entreprises ferment. Que le confinement semble s’imposer par le bas. Deux, ils demandent donc au Fédéral des mesures uniformes parce que le virus est partout, ce n’est pas une question de province. Donc plutôt que de multiplier les fermetures provinciales, ils demandent des décisions au niveau national

.La suite ici : Coronavirus : en attendant le pied du mur…