L’escalade du conflit entre les États-Unis et la Chine n’est pas inéluctable

Les mesures économiques et la politique étrangère du président américain Joe Biden marquent dans l’ensemble un virage net par rapport à celles de son prédécesseur Donald Trump. En ce qui concerne en revanche les relations avec la Chine, Biden maintient pour l’essentiel la ligne ferme de Trump – en refusant par exemple de revenir sur les hausses de droits de douanes décidées par Trump sur les exportations chinoises, accompagnées d’une mise en garde autour de possibles mesures commerciales punitives supplémentaires.

Cette position illustre le durcissement général de l’attitude des États-Unis vis-à-vis de la Chine. Lorsque le magazine Foreign Affairs  demande dans une publication récente aux spécialistes américains si « la politique étrangère [américaine] est devenue trop hostile à l’égard de la Chine », près de la moitié des répondants (32 sur 68) contestent cette affirmation, pour certains fermement – sous-entendant souhaiter une position encore plus dure de la part des États-Unis vis-à-vis de la Chine.

Pour les économistes, qui ont tendance à considérer le monde comme un jeu à somme positive, il y a là une forme d’énigme, tous les État ayant intérêt à coopérer ainsi qu’à prévenir les conflits.

Une parfaite illustration de ce principe réside dans les avantages que les pays peuvent en tirer sur le plan commercial – domaine de prédilection des professionnels de l’économie. Tout État a généralement intérêt à ouvrir ses marchés domestiques aux autres. Cette réalité concerne également les domaines politiques dans lesquels peuvent intervenir des tensions entre intérêts nationaux et intérêts mondiaux. Les pays peuvent faire le choix de politiques du chacun pour soi, par exemple en limitant l’accès aux marchés domestiques pour améliorer leurs conditions commerciale, ou en resquillant les biens publics mondiaux tels que les politiques de décarbonation. Mais ne s’en sortiraient-ils pas mieux en ne se livrant pas à de tels comportements, dans l’intérêt collectif de tous les États ?

La suite ici : L’escalade du conflit entre les États-Unis et la Chine n’est pas inéluctable | by Dani Rodrik – Project Syndicate