Comment gâcher un repas de fête ? Prononcez « vaccination » et « enfants »

Le débat progresse dans plusieurs pays et va s’inviter chez nous. Le vaccin de Pfizer/BioNtech a été approuvé aux États-Unis pour les 5 à 11 ans. Le pays va lancer une vaste campagne pour viser une couverture vaccinale la plus large possible. Chez nous, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke y est favorable et attend le feu vert de l’agence européenne des médicaments attendu dans quelques semaines. Timing parfait pour les dîners de fin d’année. Si vous avez la chance d’avoir une bouteille de Pommard, attendez au moins de l’avoir terminée avant de vous lancer sur le sujet.

La première question à trancher, c’est de savoir ce qui est le plus intéressant pour nous protéger collectivement ? Vacciner les enfants ou utiliser ces doses pour vacciner dans d’autres pays, plus pauvres qui n’ont pas accès aux vaccins. Il y a une question de solidarité là derrière. Comment allouer au mieux la ressource vaccinale pour sauver le plus de vie ?

Toujours d’un point de vue épidémiologique un Occident survacciné avec des pays limitrophes ou la circulation virale est massive est-ce idéal ? On court le risque de voir apparaître un nouveau variant qui reviendra par la fenêtre.

L’autre question c’est la fameuse balance bénéfice-risque. La FDA, l’agence américaine qui a analysé les essais effectués par Pfizer, a déjà répondu. La FDA la juge favorable. On attend chez nous le verdict de l’agence européenne des médicaments.

La suite ici : Comment gâcher un repas de fête ? Prononcez « vaccination » et « enfants »