Pologne: construire un nouveau mur à l’est?

En 1989, la chute du mur de Berlin a symbolisé et accéléré la fin des systèmes communistes en Europe. Mais la construction des murs n’a pas pour autant cessé. Hors d’Europe, plusieurs États ont érigé des murs : entre Israël et la Cisjordanie ainsi qu’entre le Mexique et les États-Unis. Certains États membres de l’Union se sont lancés dans de telles constructions : l’Espagne à Ceuta et Melilla en bordure du Maroc, la Hongrie pour couper la « route des Balkans » aux migrants et, plus récemment, la Pologne. L’allergie aux murs n’a pas duré dans les anciennes démocraties populaires. Aujourd’hui, le gouvernement Morawiecki veut tout à la fois entraver les flux migratoires venant de Biélorussie et se poser en bastion européen face à un autocrate défenseur de l’espace russe.

C’est pour la Pologne autant une occasion d’affirmer sa souveraineté que de constater ses difficultés.

Quelles sont les origines de l’édification de ce mur ? La Pologne et la Biélorussie ne partagent pas seulement 400 km de frontières communes, mais aussi des liens historiques profonds. Ainsi, les villes de Grodno ou de Brest (en Biélorussie) faisaient partie intégrante de la République de Pologne dans l’entre-deux-guerres. Aujourd’hui, ceux des Biélorusses qui sont de confession catholique sont bien souvent d’origine polonaise (ou lituanienne). À partir d’août 2020, la Pologne, qui célébrait les quarante ans de la contestation du régime communiste avec Solidarnosc, ne pouvait que soutenir le soulèvement qui a eu lieu en Biélorussie pour contester les élections présidentielles truquées par le président Loukachenko. De fait, la Pologne s’intéresse de près à ce qui se passe de l’autre côté de cette frontière, redessinée en 1945. Les échanges commerciaux sont importants et les mouvements de population sont alimentés par l’attractivité du « miracle polonais »

Fortement attachée à la lutte contre les régimes forts de l’espace russe, la Pologne a promu (avec la France) une politique ferme de sanctions vis-à-vis du régime d’Alexandre Loukachenko. Ce dernier a par conséquent cherché à mettre en place des moyens de rétorsion vis-à-vis de ses voisins qui menacent la survie de son propre régime. Après avoir mené une politique de répression en interne, il s’est décidé à inspirer la crainte et la division au sein des opinions publiques de ses adversaires politiques.

La suite ici : Pologne: construire un nouveau mur à l’est?