Que se passe-t-il à la frontière Pologne-Bélarus ?

Plusieurs milliers de migrants et demandeurs d’asile voulant gagner l’Europe sont bloqués le long des quelque 400 kilomètres de frontière entre le Bélarus et la Pologne, dont plus de 2.000 dans un camp de fortune face au village polonais de Kuznica. Ces personnes, parmi lesquelles se trouvent des enfants et des femmes, vivotent dans des conditions difficiles. La nuit, les températures descendent sous zéro degré Celsius.

D’après les autorités polonaises, des groupes ont tenté mardi et mercredi de forcer la frontière en plusieurs points. Des vidéos publiées par les autorités polonaises montrent certains migrants utilisant des troncs d’arbres comme béliers pour abattre la clôture surmontée de fils de fer barbelé érigée par Varsovie à la frontière. Au moins dix personnes sont mortes ces dernières semaines, dont sept sur le sol polonais, selon le quotidien Gazeta Wyborcza.

Il s’agit principalement de personnes qui ont fui des conflits ou la misère au Proche-Orient ou en Afrique. Beaucoup sont acheminées à Minsk par charters affrétés par des compagnies aériennes de ces pays. Un grand nombre d’entre elles sont des Kurdes du nord de l’Irak. Ces trois derniers mois, 1.600 personnes ont rallié le B. élarus grâce à un visa de tourisme depuis le Kurdistan irakien, selon l’Association des réfugiés du Kurdistan.

Des personnes venant de Syrie, pays en guerre depuis dix ans, sont également présentes à la frontière. Une Polonaise qui vient en aide aux migrants sur place a également dit à l’AFP avoir vu des ressortissants du Yémen, de Côte d’Ivoire et, même, de Cuba.

L’UE accuse l’autoritaire président bélarusse Alexandre Loukachenko d’avoir orchestré cette crise migratoire pour se venger des sanctions occidentales imposées à son régime pour la brutale répression de manifestations l’an dernier.

La suite ici  : Que se passe-t-il à la frontière Pologne-Bélarus ?