Quelles réponses au désespoir climatique de la jeunesse mondiale ?

Le premier intérêt de cette étude est de mettre en lumière la mondialisation d’un affect, en l’occurrence l’écoanxiété, qui apparaît désormais comme un trait d’une culture mondiale diffuse. Contrepoint évident à un repli identitaire obtus et fermé, non moins universel… En réalité, nos difficultés écologiques contemporaines sont la conséquence de l’universalisation de la technoscience et du consumérisme occidentaux, lesquels ont fini par travailler toutes les cultures du monde.

Dès lors, la marginalisation progressive des nations occidentale dans le PIB mondial a pour corollaire l’extension globale de leur héritage culturel. Le centre de gravité planétaire est ainsi loin de se déplacer uniment vers le Pacifique. A quoi s’ajoute que le dérèglement climatique pourrait également perturber ce déplacement, notamment avec l’extension attendue du phénomène de la chaleur humide.

Quoi qu’il en soit, l’héritage occidental a infusé et infuse dans un grand nombre d’autres cultures. La montée en puissance de la Chine a été conditionnée par l’exportation d’une part de ses étudiants sur les campus occidentaux et par une interrogation sur les conditions culturelles de son décrochage au XIXe siècle d’avec les puissances industrielles, vécu comme humiliant.

L’islamisme avec son culte de l’assassinat n’a rien de traditionnel. Il vient contredire la dynamique historique au long cours des empires musulmans décrite par Ibn Khaldoun, avec sa pacification des foules qui contraignait à dangereusement recruter les forces armées aux marges menaçantes des empires. C’est un produit de la modernité. L’Inde est devenue une terre propice à l’avènement d’écrivains géants et globaux. Nous ne citerons ici qu’Amitav Ghosh qui instille dans ses œuvres une critique subtile du rationalisme mécaniste occidental.

Les Amérindiens sont devenus ce par quoi nous parvenons à mieux nous penser, au moment même où la pureté chimique de leur culture est devenue un leurre. La marginalisation économique de l’Occident est ainsi contemporaine de l’élaboration d’une strate culturelle universelle, dialogique, construite au gré de réappropriations diverses et critiques de l’héritage de la civilisation mécaniste née en Europe à la fin du XVIe siècle.

La suite ici : Quelles réponses au désespoir climatique de la jeunesse mondiale