Quand les partis politiques parlent d’Europe: nécessaire communication ou choix stratégique?

Le dernier événement marquant de la politique européenne s’est déroulé en Allemagne avec les élections fédérales du 26 septembre 2021. Ce scrutin revêtait une importance particulière sur la scène nationale car il marquait la fin de l’ère Merkel et un changement des rapports de force entre les principaux partis politiques du pays. C’était également une échéance cruciale sur la scène européenne, tant le rôle de l’Allemagne est important pour l’avenir de l’Europe et dans la définition des politiques menées par l’Union européenne (UE).

Cependant, de nombreux observateurs ont signalé que les enjeux européens étaient absents des débats lors de cette campagne électorale.

Pour comprendre pourquoi des acteurs tels que les partis politiques abordent les enjeux européens dans leur communication, deux perspectives s’affrontent. D’une part, parler d’Europe est considéré comme inévitable et nécessaire. L’UE a acquis progressivement une autorité de plus en plus large sur de nombreuses compétences. Les décisions européennes ont un impact sur de multiples aspects de la vie politique, sociale et économique des États membres et de leurs citoyens. Il paraît donc inévitable d’évoquer les enjeux européens dans les débats publics.

De plus, cette communication est nécessaire afin de donner de la visibilité aux enjeux européens. Sans cette visibilité, le risque est que les politiques européennes et le futur de la construction européenne soient décidés à l’abri du débat public et qu’ils ne jouissent donc que de peu de légitimité.

D’autre part, parler d’Europe peut représenter un risque ou une opportunité pour ces acteurs stratégiques. En l’occurrence, les partis politiques ne décideraient pas de communiquer sur l’Europe quand les décisions prises par l’Union européenne sont importantes, mais plutôt quand cela représente un intérêt pour eux.

Ainsi, par exemple, les partis eurosceptiques mettent l’accent sur l’Europe pour se distinguer de leurs adversaires alors que certains partis traditionnels évitent d’en parler car ils se savent divisés en interne sur ces questions. En parallèle, l’ensemble des partis sont attentifs à l’opinion publique à propos de l’Europe avant de décider s’il est opportun de communiquer à ce sujet.

La suite ici  : https://absp.be/Blog/partis-politiques-parlent-europe/