Pour avoir sa statue à Londres, il vaut mieux être un animal qu’une femme admirable

Sans grande surprise, une étude publiée le 21 octobre par l’organisation culturelle britannique Art UK révélait que l’immense majorité des quelque 1 100 statues ornant l’espace public de la capitale du Royaume-Uni était dédiée à des hommes. Plus surprenant, en revanche, alors qu’une cinquantaine d’entre elles rendent hommage à des femmes célèbres, près du double – 8 % – sont consacrées… à des animaux. Les personnes de couleur, elles, ne représentent que 1 % des sculptures de la mégalopole, et les femmes de couleur 0,2 %.

Depuis quatre ans, Art UK s’efforce de dresser un inventaire des statues londoniennes dans le cadre d’un vaste projet de recherche, financé en partie par la mairie travailliste. « Ce sont les hommes qui ont écrit l’histoire. (…) Les accomplissements des femmes ont été rendus invisibles quand bien même elles réalisaient des choses incroyables », expliquait en 2017, dans un entretien au site Equaltimes.org, Bee Rowlatt, autrice et présidente d’une campagne visant à rendre hommage à Mary Wollstonecraft, l’une des pionnières du féminisme anglais.

Terri Bell-Halliwell, fondatrice d’inVISIBLEwomen, une organisation qui milite pour l’égalité de figuration des sexes dans l’espace public, y voyait une marque subliminale du patriarcat « nous convaincant tous que les hommes sont les seuls à mériter d’être admirés ». D’autant, ajoute-t-elle, que ce manque de représentation de modèles féminins méritants fait en sorte que les femmes et les filles se sentent « marginalisées et peu reconnues ».

Selon les statistiques d’inVISIBLEwomen, les statues d’hommes sont seize fois plus nombreuses que celles des femmes : « Et si l’on excluait la reine Victoria de l’équation, les chiffres seraient bien pires. » En 2020, la Public Statues and Sculpture Association a ainsi commencé à lister toutes les statues de femmes, à l’exception des membres de la famille royale. Pour l’heure, elle n’a dénombré que 119 statues de femmes dans le Royaume-Uni.

La suite ici : Pour avoir sa statue à Londres, il vaut mieux être un animal qu’une femme admirable