Facebook : reprendre le contrôle

La créature a-t-elle fini par échapper à son créateur ? La lecture de plusieurs centaines de documents internes à Facebook laisse en tout cas penser que le réseau social n’est plus en mesure de lutter efficacement contre la désinformation et les violences sur Internet. Ces « Facebook Files », transmis par une source parlementaire américaine à un consortium de médias, dont Le Monde, ont été révélés grâce à une lanceuse d’alerte, ancienne ingénieure du groupe, Frances Haugen. Ils lèvent le voile sur la face sombre de la société fondée par Mark Zuckerberg, accusée de privilégier le profit au détriment de sa responsabilité sociétale et démocratique.

Ces documents apportent de nouveaux éléments sur le rôle joué par Facebook le 6 janvier 2020, lorsque le Capitole a été pris d’assaut par des partisans de Donald Trump. A l’image des forces de polices mobilisées ce jour-là pour maîtriser les manifestants, le réseau social s’est révélé incapable de faire face au déluge de haine et de désinformation qui s’est propagé sur Internet. Qu’il s’agisse des messages affirmant que l’élection présidentielle américaine avait été truquée au profit de Joe Biden ou de ceux qui prétendaient que les émeutiers étaient des groupuscules d’extrême gauche, Facebook a laissé diffuser des contre-vérités qui ont contribué à l’enchaînement des événements.

Certains documents pointent également le laxisme de la plate-forme pour modérer les appels à la violence et les manipulations politiques dans des pays à hauts risques, tels que l’Inde, l’Afghanistan ou la Birmanie, qui ont été le théâtre de violents affrontements.

La suite ici : Facebook : reprendre le contrôle