On vous explique ce qu’est le métavers, « l’internet du futur » qui fait rêver la tech

Au même titre que de nombreuses innovations technologiques, l’idée d’un métavers a parcouru un long chemin avant d’intéresser les mastodontes de la Silicon Valley. Le terme apparaît pour la première fois dans un roman de science-fiction, Le Samouraï virtuel, publié par l’auteur américain Neal Stephenson en 1992, dans laquelle tout individu peut se connecter, grâce à des lunettes spécifiques, à cet univers en trois dimensions où les actions virtuelles ont des effets sur le monde réel.

« C’est le fantasme de tous les développeurs de jeux vidéo depuis qu’ils existent », explique à franceinfo Julien Pillot, économiste enseignant à l’Inseec et spécialiste des marchés technologiques. D’autres œuvres cultes, comme les films Tron (1982), Matrix (1999) ou, plus récemment, Ready Player One (2018) explorent aussi des univers numériques où la fiction vaut autant, sinon plus, que la réalité.

Fin juillet 2021, la réalisation de ce vieux rêve a bénéficié d’un coup d’accélérateur : Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a confié au site The Verge (en anglais) que l’entreprise s’engageait dans un plan chiffré à plusieurs milliards de dollars pour construire un univers immersif qui permettra de communiquer avec ses proches, d’avoir accès à une vie de bureau et à des divertissements. Le milliardaire considère que le métavers représente le « Graal des interactions sociales ».

Les contours du métavers finissent donc par se préciser. « C’est la fusion d’un univers virtuel avec des fonctionnalités qui sont, elles, bien ancrées dans le réel, résume Julien Pillot. Dans cet univers, on pourrait greffer des éléments très concrets, des concerts ou des boutiques, dans lesquels on pourrait vivre des expériences. »

Dans un essai publié en janvier 2020 (en anglais), l’investisseur en technologie Matthew Ball pose le cadre du métavers tel qu’il pourrait arriver dans les prochaines années : un univers persistant, qui ne connaîtrait ni pause, ni redémarrage, qui procurerait une sensation de présence active et serait rempli de contenus et d’expériences sensorielles, tout cela reposant sur une économie qui lui serait propre.

La suite ici : On vous explique ce qu’est le métavers, « l’internet du futur » qui fait rêver la tech