Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Depuis plusieurs mois, le Royaume-Uni est touché par des pénuries sur les fruits et légumes, les produits laitiers, les jouets ou encore la volaille. Ces dernières semaines, des entreprises comme Ikea ou Haribo ont également fait part de leurs difficultés à approvisionner leurs points de vente, en raison, en partie, d’un manque de chauffeurs routiers.

Fin septembre, la situation a pris un tour plus inquiétant lorsque l’essence a commencé à manquer. Le 23 septembre, la compagnie britannique BP annonçait qu’elle allait devoir rationner les livraisons de carburant dans les stations-service. Une nouvelle accueillie avec inquiétude, alors même que les dégâts causés par la crise sanitaire subsistent et que la mise en place des politiques migratoires liées au Brexit rebat les cartes pour de nombreux secteurs: restauration, agriculture, hôpitaux, métiers vétérinaires, etc. Récemment, les images de clients de stations-service qui en viennent aux mains devant des pompes à essence prises d’assaut ont fait le tour du monde, invitant à la comparaison de nombreux observateurs avec l’Hiver du mécontentement, dont l’empreinte dans la mémoire collective britannique semble toujours d’actualité.

À l’instar de ses pays voisins, le Royaume-Uni a été durement frappé par la pandémie de Covid-19, venue mettre en péril les différentes chaînes logistiques, comme l’explique Clémence Fourton, maîtresse de conférences en études anglophones à Science Po Lille et autrice de l’ouvrage Le Royaume-Uni, un pays en crises? publié en 2021 aux éditions Le Cavalier Bleu. «La suspension du travail pendant les confinements et la fermeture temporaire des frontières a rendu l’acheminement de nombreux produits difficile.»

Une situation que les politiques post-Brexit sont venues aggraver: «Le pays fait face à une pénurie de main-d’œuvre. Il manque des dizaines de milliers de chauffeurs routiers pour assurer l’acheminement de divers produits sur le territoire britannique, notamment parce que des chauffeurs originaires d’autres pays européens ont choisi de quitter le pays après le Brexit. S’ajoute à cela le manque de travailleurs saisonniers, qui ont eux aussi quitté le pays, ce qui explique la pénurie de certains produits alimentaires dans les supermarchés.» Ces dernières semaines, par peur de manquer, certains consommateurs se sont rués vers les pompes à essence et dans les magasins, donnant lieu à des scènes de panique à travers le pays. Un effet domino qui entretient l’affolement et renforce la pénurie.

La suite ici : Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement