Chine-Taïwan : une menace pour la paix du monde

Longtemps considérée comme un différend régional de long terme et d’intensité moyenne, la question de Taïwan focalise désormais les inquiétudes de Washington à Bruxelles et de Tokyo à Canberra. Jamais, en effet, depuis la crise de 1995-1996, qui avait donné lieu à une démonstration de force entre la Chine et les Etats-Unis, le niveau de la menace exercée par Pékin sur l’île chinoise, séparée politiquement de la République populaire depuis la proclamation de celle-ci en 1949, n’a été aussi élevé.

La montée de la tension a été accélérée récemment par le président chinois, Xi Jinping, qui a multiplié les allusions à une prochaine « réunification » de la Chine et de Taïwan, et dont l’armée a, depuis le 1er octobre, entrepris quelque 150 incursions dans la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan. La surenchère nationaliste du dirigeant chinois et la montée en puissance militaire de Pékin, désormais en mesure de mener des attaques tant cybernétiques que conventionnelles sur sa rivale, nourrissent les inquiétudes sur la petite île, rare démocratie de la région.

Pour le régime autoritaire de Pékin, l’existence de cet autre modèle chinois, son miroir inversé, qui prospère à seulement 180 kilomètres de ses côtes, est intolérable. Après le coup fatal porté au principe « Un pays, deux systèmes », qui avait permis de préserver l’autonomie de Hongkong depuis la rétrocession de 1997, Taïwan est manifestement la prochaine étape vers la mise en œuvre du slogan « Une seule Chine », agité par les dirigeants de Pékin.

La suite ici : Chine-Taïwan : une menace pour la paix du monde