Facebook : les critiques s’accumulent

Les documents copiés par Mme Haugen – plusieurs milliers de pages – sont pour l’essentiel des présentations de travaux internes menés par les chercheurs de Facebook. Très précis, ils montrent que les responsables de l’entreprise ne pouvaient ignorer un certain nombre de problèmes exacerbés ou causés par leurs applications, allant de la manière dont la désinformation se diffuse sur le réseau social aux impacts sur la santé mentale des adolescents, en passant par la façon dont des groupes criminels ont utilisé Facebook pour recruter des victimes de trafic d’êtres humains.

Seule une petite partie des documents, concernant principalement Instagram, a été pour l’instant rendue publique, mais Mme Haugen dit avoir transmis l’ensemble de ces fichiers à la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse américaine. Facebook a de son côté expliqué que le contenu des documents avait été déformé dans les articles parus dans le Wall Street Journal, que les études citées étaient parcellaires et qu’elles ne « refl[étaient] pas ce qu’est l’entreprise », comme l’a écrit, ce 5 octobre, Mark Zuckerberg.

Depuis au moins quatre ans, les élus américains sont d’ordinaire très divisés sur le sujet de Facebook. Les républicains, dans le sillage de Donald Trump, sont obsédés par la supposée « censure » dont seraient victimes selon eux les voix conservatrices, tandis que les démocrates insistent sur les manquements de l’entreprise en matière de modération.

Mais durant les deux dernières auditions au Sénat, le 5 octobre pour Mme Haugenet le 30 septembre pour la responsable de la sécurité de Facebook, Antigone Davis, les élus des deux bords ont présenté un front globalement uni. Lors de ces deux auditions consacrées à l’impact d’Instagram sur les adolescents, les sénateurs ont fait preuve d’une forme d’unité rare pour dénoncer les dégâts présumés que causerait le réseau social. « Sur ce dossier [Instagram], nos désaccords sont marginaux », a dit ce jeudi le sénateur démocrate Richard Blumenthal, qui dirige la commission au commerce du Sénat, à l’adresse de ses collègues républicains. Démocrates et républicains ont d’ailleurs cosigné un projet de loi visant à imposer toute une série de contrôles supplémentaires aux réseaux sociaux utilisés par des mineurs.

La suite ici  : Facebook : les critiques s’accumulent