La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l’IVG

Voté par 218 Démocrates (le texan Henry Cuellar, opposé à l’IVG, a voté contre), le texte vise à inscrire les acquis de la jurisprudence Roe v. Wade dans la loi fédérale. La réaction du pouvoir législatif fait suite aux nombreuses lois venant attaquer frontalement ladite jurisprudence Roe, notamment la désormais très impopulaire Senate Bill 8 texane. Cette dernière, en vigueur depuis le 1er septembre, permet à quiconque d’engager des poursuites contre toute personne ayant réalisé ou prêté concours à une IVG pratiquée au-delà de six semaines de gestation. Cette loi atypique est rapidement devenue une sorte de «cookbook» pour d’autres États républicains, qui, à l’image de la Floride, ont introduit des propositions similaires.

En dépit de l’espoir qu’incarne le texte porté par l’élue californienne Judy Chu, pour qui «le Congrès doit protéger les droits des femmes et les personnes enceintes quel que soit leur code postal, en mettant fin une fois pour toutes aux attaques contre l’avortement», ce dernier se heurte à une double difficulté. Tout d’abord, celle incarnée par le Sénat, où la majorité démocrate paraît bien trop étroite. Ensuite, même dans l’éventualité où le Sénat parviendrait à voter cette loi, son avenir reposerait alors entre les mains du pouvoir judiciaire. Tout semble indiquer qu’elle n’y survivrait pas.

Désormais voté par la Chambre des représentants, le texte devra être voté par le Sénat, où les Démocrates n’ont la majorité que par le truchement de la vice-présidente Kamala Harris. Présidente ex-officio de la chambre haute, elle dispose d’un pouvoir de vote destiné à départager une égalité (tie-breaking vote). Cependant, la question du droit à l’avortement demeure sensible dans les rangs de l’aile droite du Parti démocrate: bien que quarante-huit Démocrates aient confirmé leur soutien au texte selon le Washington Post, les sénateurs Robert P. Casey Jr. (Pennsylvanie) et Joe Manchin III (Virginie Occidentale) n’ont pour l’instant rien annoncé. «Pro-life» revendiqués, rien ne peut laisser penser que les deux élus finiront par apporter leur soutien au texte. En outre, les Démocrates font face à un obstacle autrement plus imposant puisque soixante voix seront nécessaires pour surmonter l’obstruction parlementaire (filibuster).

La suite ici : La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l’IVG