Les réunions en non-mixité ont leur raison d’être

Réfléchir ensemble à ces mécanismes de discrimination, d’oppression, et de domination, à comment ils nous touchent et comment nous pouvons y remédier, est plus que jamais nécessaire : c’est pourquoi il nous apparaît important de défendre et préserver des espaces de non-mixité, ponctuels et inscrits dans une durée limitée, au sein de notre société.

L’inégalité se traduit de facto par une absence de symétrie, que ce soit pour les rapports entre hommes et femmes, personnes blanches et racisées, cis-hétérosexuelles et LGBTQIA+, valides et handicapées, cis et trans. Ces premiers groupes jouissent de privilèges, bien souvent sans aucune remise en question. Ces rapports se compliquent du fait des oppressions qui peuvent s’entrecroiser : être femme et lesbienne est encore plus source d’inégalités qu’être femme hétéro, être femme et noire également… L’imbrication des oppressions dit la nécessité de l’intersectionnalité, que nous soyons concerné·es ou allié·es.

Les groupes en non-mixité ne se résument donc pas à « des rassemblements composés uniquement de femmes », mais sont aussi utilisés par différents groupes sociaux qui subissent des discriminations basées sur un certain nombre de critères communs. En effet, dans la balance, le groupe dominant pèse toujours plus que l’autre : il n’y a pas de symétrie possible, c’est pourquoi il n’existe pas de sexisme anti-hommes, de racisme anti-blancs, ou d’hétérophobie.

…Les espaces en non-mixité sont pensés avant tout comme des outils de lutte, comme des stratégies militantes. Ils offrent aux personnes qui les utilisent l’accès à une communauté bienveillante et concernée. Ils permettent, dans des lieux préservés, de mieux réfléchir aux discriminations vécues et à leurs conséquences, sans subir en retour moqueries, minimisation, ou même remise en cause de la parole, ou encore faire œuvre de pédagogie. La réunion en non-mixité, de par sa nature, est limitée dans le temps et dans l’espace, elle ne représente qu’une respiration dans une société qui reste largement imprégnée de sexisme, de racisme, de validisme, etc.

La suite ici : Carte blanche: les réunions en non-mixité ont leur raison d’être