Eté meurtrier pour Joe Biden 

Le 11 septembre et le COVID-19 sont des exemples-types, mais d’autres problèmes sont plus faciles à anticiper, tels une inflation persistante ou des guerres de longue durée. Or cet été Biden fait preuve d’une absence totale d’anticipation. Comme on pouvait s’y attendre, son programme économique radical divise les élus démocrates au Congrès et pourrait entraîner des électeurs centristes ou indépendants à regretter leur choix. A juste titre, les démocrates craignent maintenant de voir les républicains reconquérir la majorité des sièges lors des élections de mi-mandat à la Chambre des représentants, en novembre 2022.

Biden a encore tout le temps de redresser la barre. Mais sa lune de miel s’est terminée en raison de sa décision désastreuse de retirer les dernières forces américaines d’Afghanistan, sans plan pour évacuer en toute sécurité les Américains, leurs alliés et les milliers d’Afghans qui ont risqué leur vie en travaillant pour eux.

Il a ignoré les conseils des chefs militaires et des diplomates qui préconisaient le maintien d’une force militaire résiduelle chargée de fournir des renseignements et un soutien aérien à l’armée afghane (une force qui a assuré la stabilité de l’Afghanistan pendant un an et demi sans un seul mort américain au combat). De même, Biden n’a pas consulté ses alliés de l’OTAN dont les forces sur le terrain étaient bien plus nombreuses que le petit contingent américain restant.

Les démocrates espèrent que les électeurs ne penseront plus à la débâcle afghane lors des élections de novembre 2022. Mais la chute de Kaboul pourrait avoir un effet durable et accréditer l’idée que Biden et ses conseillers ne sont pas à la hauteur pour faire face à un monde dangereux. Elle pourrait également menacer son programme économique.

La suite ici : Eté meurtrier pour Joe Biden | by Michael J. Boskin – Project Syndicate