Antisémitisme dans les manifestations: « Sa nouveauté, c’est sa visibilité »

Samedi 7 août à Metz, une jeune femme –ex-membre du Front national et ancienne élue locale- brandit au milieu du cortège une immense pancarte. On peut y lire un “Qui?” orné de cornes de diable. Autour, les noms de membres du gouvernement et de personnalités supposés juifs. Personne ne semble s’écarter d’elle et sous l’œil du photographe, cette enseignante ne sourcille pas.

D’où vient-il cet antisémitisme et quelles sont ses spécificités? Le sociologue Michel Wieviorka, auteur d’un récent ouvrage publié cette année et intitulé “Racisme, antisémitisme, antiracisme: apologie pour la recherche” (Éditions La Boite à Pandore) l’analyse pour Le HuffPost et nous explique comment le combattre.

Pour le sociologue de 75 ans, petit-fils de déportés à Auschwitz, cette expression de l’antisémitisme n’est pas celle que l’on retrouve dans le monde arabo-musulman, liée à la question israélo-palestinienne. L’antisémitisme des manifestations anti-pass sanitaire est “celui de l’extrême droite”, explique Michel Wieviorka. Un antisémitisme ancestral, ”à l’épaisseur historique énorme”, ajoute le spécialiste, que l’on retrouve régulièrement selon les contextes historiques.

La crise sanitaire -comme souvent dans l’histoire des crises- est un terreau propice à l’expression de cet antisémitisme. Pour celui qui se raconte comme l’observateur des malheurs de ce monde, “du Moyen-Âge au Covid, les juifs sont des boucs émissaires traditionnels, si je puis dire. Rappelez-vous, on les accusait d’empoisonner les puits”. Dans ces manifestations où les théories du complot embrument l’esprit de certains manifestants, cet antisémitisme archaïque resurgit.

Il ressuscite, mais ses traits évoluent. Par rapport à la simple désignation habituelle d’un nouvel ennemi commun, cette expression actuelle de l’antisémitisme est plus alambiquée. Michel Wieviorka s’explique: “Dans ces manifestations, Macron [et les autres membres du gouvernement, ndlr] est à la fois désigné comme l’Hitler et le juif: il est celui qui a travaillé pour la haute finance, qu’on désigne comme affilié aux Rothschild…On le dénonce pour ça. Et en même temps, il est celui qui a les mêmes comportements que ceux qui s’en sont pris aux juifs pendant la Seconde Guerre mondiale”.

La suite ici : Antisémitisme dans les manifestations: « Sa nouveauté, c’est sa visibilité », alerte Michel Wieviorka